TRANSPORT COLLECTIF

Préambule

Un puissant outil à la disposition des municipalités en matière de lutte contre la pauvreté,  de réduction des inégalités et de développement durable est la mise en place de services de transports abordables et accessibles.

La mobilité, qui comprend l’existence, l’abordabilité et l’accessibilité universelle des services, a en effet un impact considérable sur la qualité de vie des individus. Se mouvoir, c’est être en mesure de répondre à des besoins sociaux essentiels : se nourrir, accéder à des soins de santé, s’éduquer, atteindre le marché du travail et prendre part à des activités sociales, culturelles ou de loisirs. Un individu qui n’a pas accès à des infrastructures de transport abordables est susceptible de vivre de l’exclusion et de mettre en péril ses droits les plus fondamentaux

Au cours des derniers mois, les membres de la Coalition nationale pour la tarification sociale en transport ont rédigé une Déclaration commune demandant au Gouvernement du Québec de financer de façon substantielle et récurrente la mise en place et la pérennisation de mesures de tarification sociale basée sur le revenu dans le transport en commun dans chaque municipalité du Québec.

Le coût du transport en commun ne devrait pas faire obstacle à la capacité de se déplacer, cela est une question de justice et d’inclusion sociale. 

De plus, en matière de développement durable et de lutte aux changements climatiques, le transport en commun accessible fait partie de la solution.

Question

Quelle est votre vision en matière de transport collectif dans une perspective d’accessibilité (prix, horaires, fréquences, accessibilité universelle, etc.) et de développement durable dans la circonscription?

Réponses

Coalition Avenir Québec – Une réponse pour les six circonscriptions

Si on veut réussir un des plus grands défis que l’on a devant nous, c’est-à-dire de réduire nos émissions de G.E.S., il faut faire du transport collectif une priorité. On investit plus que jamais dans des projets majeurs de transport en commun. On en a prévu pour 56 G$ de projets (sur 10 ans).

On met en place des voies réservées aux autobus sur les grands axes de la Montérégie que sont les autoroutes 20 et 30 afin de bonifier l’offre, mais surtout la fluidité du transport sur l’axe est-ouest. 

Avec l’arrivée du REM, on veut également s’assurer que l’accès soit facile pour tous, et que les gens délaissent le plus possible l’auto solo. 

Parti Conservateur

Le Parti Conservateur n’a pas encore fourni de réponses. Dès que celles-ci seront disponibles, elles seront publiées ici.

Parti Libéral du Québec – Une réponse pour les six circonscriptions

Le Parti libéral du Québec est résolument en faveur du développement du transport collectif. L’atteinte de la carboneutralité devra passer par une transformation du secteur des transports. Actuellement, plusieurs Québécoises et Québécois aimeraient apporter leur contribution en utilisant le transport en commun, mais l’offre ne répond tout simplement pas à leurs besoins. 

Pour améliorer l’offre de services, il est essentiel d’assurer un financement adéquat des sociétés de transports, qui se sont retrouvées en déficits importants, notamment à cause de la pandémie. En ce moment, l’incertitude pousse les sociétés à réduire leurs services. C’est pourquoi il faut leur garantir un financement qui leur permettra de maintenir leurs services et de développer leurs réseaux. La viabilité à long terme du transport collectif passe à la fois par une résorption du déficit des sociétés de transports et par un financement des projets de développement. Nous nous assurerons de travailler avec ces sociétés en vue de trouver le meilleur moyen pour garantir leurs revenus.

Pour le Parti libéral du Québec, il est important que le développement du transport collectif sur la Rive-Sud de Montréal s’effectue dans une approche collégiale, en réunissant l’ensemble des partenaires de la mobilité et au premier chef, les autorités municipales, afin de prendre en compte les besoins et les enjeux spécifiques aux réalités diverses du territoire qui sera desservi. La complémentarité entre les différents modes de transport en commun est primordiale. L’acceptabilité sociale et une véritable prise en compte de l’opinion publique sont incontournables pour le succès de ce projet. De même, la publication de toutes les études justifiant les choix effectués, de façon transparente et proactive, nous apparaît une nécessité

Comme plusieurs, nous souhaitons qu’il soit plus simple pour les utilisateurs de prendre le transport en commun. C’est pourquoi nous souhaitons implanter, graduellement et partout au Québec, le Passeport mobilité, une application et une carte de mobilité universelle utilisable dans tous les services de transports durables du Québec. De plus, nous proposons de rendre gratuit l’accès aux services de transport collectif aux personnes aînées et aux étudiants. Cet engagement permettra à plusieurs familles de réduire leurs coûts en matière de transport.

Parti Québécois – Une réponse pour les six circonscriptions

  • Le Parti Québécois rendra disponibles, pour les 30 villes les plus importantes du Québec – soit celles comptant, grosso modo, plus de 40 000 habitants, des budgets leur permettant d’améliorer significativement leur offre de transport en commun.
  • Autobus, tramway, train léger… les villes décideront elles-mêmes des projets à mettre en avant et pourront les présenter au gouvernement; elles bénéficieront d’un accompagnement sans ingérence.
  • Le Parti Québécois propose la PasseClimat à 365 $ par année, soit 1$ par jour, pour l’utilisation des transports en commun partout au Québec, tous modes confondus. (Gérald Fillion a qualifié cette proposition de l’une des meilleures propositions pour contrer l’inflation).
  • Ces mesures sont audacieuses mais nécessaires pour opérer sérieusement l’incontournable transition écologique.

Québec Solidaire – Circonscription de Taillon – Manon Blanchard

En tant qu’utilisatrice au quotidien des transports collectifs et à titre de candidate solidaire, j’affirme être totalement en accord avec le constat ci-dessus. Au fil des années, j’ai constaté à quel point nos transports en commun, autobus et métro, illustrent bien toute la ségrégation dans notre communauté. Parfois, on salue des personnes en situation de pauvreté. Rarement, on y rencontre des personnes en situation d’extrême pauvreté. Régulièrement, ce sont des personnes racisées. Les tarifs élevés nuisent aux déplacements pourtant essentiels. Pour les travailleurs et les travailleuses, les personnes aux études, c’est carrément un grand trou dans le porte-monnaie lorsque vient l’achat de la carte OPUS du mois.

Sous l’angle de la lutte aux changements climatiques, dans notre Plan climat Vision 2030, nous présentons le transport collectif comme l’un des secteurs prioritaires sur lesquels il faut agir. Ici, à Longueuil, c’est LE secteur qui nous permettra d’agir sur les émissions de gaz à effets de serre.

Parmi les engagements de Québec solidaire, on compte tout d’abord diminuer les tarifs du transport collectif de 50 %, en commençant par les nouveaux tarifs qu’on impose maintenant aux gens de Longueuil pour accéder au métro. Comment faire la lutte aux changements climatiques avec des hausses comme celles-là. Il est évident que ces hausses de tarifs dans le transport collectif sont en totale contradiction avec les mesures à prendre pour protéger l’environnement. Qui plus est, ces hausses de tarifs ont un impact direct sur les personnes et les familles moins nanties qui prennent le métro occasionnellement.

Nous avons présenté au début de la campagne, le plan Révolution transport pour la grande région de Montréal. Localement, nous préconisons le développement de services rapide par bus et tramway, entre autres sur le boulevard Taschereau et le boul. Roland-Therrien. Des études maintes fois présentées, confirment l’importance de ces circuits. Sans compter la fréquence améliorée des circuits existants, des heures prolongées et l’ajout de circuits intermunicipaux.

Évidemment, le transport en commun doit rester public. Dans quelques années, si le transport en commun continue à se privatiser, notamment avec le REM, c’est l’accessibilité du transport qu’on remet en question et son maintien. On ne peut pas laisser les intérêts financiers guider le développement urbanistique de nos villes alors que la crise climatique est urgente

Québec Solidaire – Circonscription de Vachon – Jean-Philippe Samson

Les gens de Longueuil pourront choisir comment ils et elles voudront se déplacer dans l’ensemble du Québec. Car nous offrirons un éventail de choix en transport : les services de train et d’autobus interurbains et interrégionaux, des lignes de métro, le développement de tramway/ train léger, des services rapides par bus et plus d’autobus dans les secteurs denses de population qui justifie grandement l’usage de plus de transport en commun. Le réseau de transport offert par Québec solidaire c’est un investissement pour l’amélioration de la qualité de vie des résidents et des familles de Longueuil et l’environnement.