Le 4 avril dernier a eu lieu la rencontre régionale sur la lutte à l’Itinérance organisée par la TROC-Montérégie, en collaboration avec la TIRS. Lors de cette rencontre, nous avons eu le privilège d’accueillir M. Michel Simard pour nous entretenir de l’approche intégrative en matière de lutte à l’itinérance.

En après-midi, les membres ont adopté des principes directeurs en itinérance en Montérégie. Ces principes directeurs seront soumis aux décideurs et faciliteront l’adoption d’action collective cohérente en Montérégie.

Voici les principes adoptés, en lien avec les trois postulats de départ :

1er Postulat de base

L’approche d’accompagnement et de soutien doit être assurée afin de contrer l’itinérance et agir en prévention. Les services sont déployés de la réponse aux besoins physiologiques et psychologiques jusqu’au soutien et à l’accompagnement attentionnés des personnes en situation d’itinérance ou à risque de le devenir, toujours en visant un objectif de sortie de l’itinérance.

Proposition 1.1 Assurer la mise en place de services d’accompagnement sur tout le territoire de la Montérégie (Point de services à Saint-Hyacinthe, Saint-Jean, Longueuil, Valleyfield, Sorel et Châteauguay) allant du repérage des personnes itinérantes ou à risque de le devenir jusqu’à leur installation en logement.

Proposition 1. 2  Que l’accompagnement comprenne l’évaluation :

  • de la réalité globale des personnes en situation d’itinérance ou à risque ;
  • des éléments qui fragilisent le maintien en logement.

Proposition 1.3 Que l’accompagnement se traduise concrètement par :

  • Du soutien à la recherche d’un logement ;
  • Des visites de logement avec la personne ;
  • L’organisation du logement ;
  • La mise en place de mesures pour assurer le maintien harmonieux en logement à long terme ;
  • Les démarches en lien avec l’obtention de pièces d’identités, d’un revenu et d’accès aux services de santé et de services sociaux.

Proposition 1.4     Que les services d’accompagnement et de soutien soient donnés dans une perspective d’accompagnement « inconditionnel », c’est-à-dire qu’une personne ayant des problèmes de santé mentale, de dépendances, judiciaires, etc. puisse recevoir des services.

2ième Postulat de base

Agir avec une personne en situation d’itinérance ou à risque de le devenir implique des actions avec la personne dans son quotidien, proche de ses espaces de vie et de socialisation, plutôt que de l’obliger à venir sur le territoire de l’organisme qui offre des services.

Proposition 2.1 Que des ressources d’aide, d’accompagnement, d’hébergement d’urgence ou temporaire soient offertes sur l’ensemble du territoire de la Montérégie :

  • Longueuil : jeunes et adultes
  • Saint-Hyacinthe : jeunes et adultes
  • Valleyfield : jeunes et adultes
  • Saint-Jean : jeunes et adultes
  • Châteauguay : jeunes et adultes
  • Sorel : jeunes et adultes

Proposition 2.2 Que le financement des ressources d’aide, d’accompagnement, d’hébergement d’urgence ou temporaire existantes sur le territoire de la Montérégie soit consolidé.

3ième Postulat de base

Reconnaître la diversité des visages, des parcours et des réponses est un incontournable et doit être pris en compte afin de faire face aux situations souvent marquées par la toxicomanie et des problèmes de santé mentale. Cette diversité demande flexibilité et ressources.

Proposition 3.1 Que les services offerts reconnaissent la diversité des visages, des parcours et des réponses à apporter dans la lutte à l’itinérance en faisant preuve de flexibilité et d’ouverture.

Proposition 3.2 Que les services soient disponibles et ouverts aux personnes :

  • Vivant des problèmes chroniques et épisodiques et situationnels ;
  • Vivant tout autre problème ou parcours qui demande une ouverture accrue.

Proposition 3.3 Que les ressources d’aide soient pourvues d’un personnelformé et en nombre suffisant, celui établi selon l’offre de service par l’organisme porteur pour répondre aux besoins plus complexes.

Autres propositions

– Que le comité soit mandaté pour bonifier la proposition 3.3 en consultant les membres sur leurs besoins en terme de personnel. Elle sera modifiée et déposée au plus tard à l’assemblée générale annuelle de la TROC-M.

– Que la nomination des délégués au comité intersectoriel régional soit votée à l’assemblée générale annuelle de la TROC-M.

– Que le développement des services en itinérance soit fait dans le respect des ressources existantes et de leurs missions dans un processus de concertation.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *