7 juillet 2021

Madame Sylvie Parent, mairesse de Longueuil

Objet : Préoccupations de la Table de vie de quartier Le Moyne concernant le transport actif dans le secteur Le Moyne

Madame Parent,

La Table de vie de quartier Le Moyne regroupe différents organismes communautaires ainsi que des citoyen(ne)s du quartier. Depuis plusieurs années, nous avons des préoccupations en ce qui concerne le transport actif aux endroits suivants (photos à l’appui en fin de lettre à l’intersection Saint-Georges et Boulevard Taschereau):

  • Intersections Rue Saint-Thomas – boulevard Taschereau – boulevard Curé-Poirier (Travaux prévus à l’été 2021)
  • Intersection Rue Saint-Louis et Rue Saint-Georges
  • Intersection rue Saint-Georges et boulevard Taschereau
  • Passage à niveau rue St-Georges

En effet, ces endroits sont particulièrement difficiles d’accès en transport actif. Des accidents ont déjà eu lieu entre des piétons et des véhicules routiers. De janvier 2017 à décembre 2020, 27 accidents, dont 11 impliquant des blessés légers, sont survenus à l’intersection de la route 112/116 et de la rue Saint-Georges. Au cours de la même période, 16 accidents ont entraîné des dommages matériels. Nombreux sont les citoyen(ne)s qui sont inquiet(e)s d’utiliser ces traversées.

Aux abords du passage à niveaux de la rue St-Georges, il y a des personnes à mobilité réduite, des personnes ayant des troubles de vision et des jeunes familles qui doivent traverser chaque jour. Non seulement l’endroit peut être périlleux, mais en plus, si les piéton(ne)s et les cyclistes doivent attendre qu’un train passe, ils n’ont aucun endroit confortable pour le faire. Ils et elles sont à la merci des intempéries. Ils et elles n’ont aucun endroit sécuritaire pour s’asseoir lorsque le train passe durant plusieurs minutes.

Considérant que Le secteur Le Moyne est, par sa position géographique, enclavé entre le boulevard Taschereau, les routes 112 et 116, le boulevard Curé-Poirier et la ville de St-Lambert.

Considérant que des barrières physiques influencent la décision des citoyens de se rendre à pied ou à vélo au travail, à l’école, aux services et aux commerces de proximité et qu’il y a une volonté
de favoriser la mobilité active.

Considérant que trois intersections ont été identifiées afin d’apporter des aménagements pour bonifier la sécurité des marcheurs et des cyclistes.

Considérant qu’il n’y aucun abri, ni mobilier urbain pour les piétons et cyclistes aux abords du chemin de fer qui traverse la rue St-Georges.

Considérant que le déficit en mobilier urbain permettant de se reposer lors d’un parcours peut être nuisible aux déplacements sur une longue distance chez les ainés ou les personnes avec des
incapacités.

Considérant que les gens qui se déplacent en transport actif doivent traverser à des intersections achalandées, potentiellement dangereuses et à haut niveau de circulation.

Considérant que des accidents ont lieu à ces intersections depuis plusieurs années (dont un mortel en 2020.)

Considérant que le volume de circulation augmente le risque d’accidents entre les usagers du transport actif et les automobilistes.

Considérant que la cohabitation avec des véhicules lourds peut mettre en péril la sécurité des usagers du transport actif.

Considérant que la vitesse de circulation augmente la gravité des blessures chez les usagers du transport actif et diminue la probabilité de survie de ces derniers lors d’une collision.

Considérant l’importance d’avoir des aménagements accessibles et sécuritaires dans un but d’équité et d’approche inclusive permettant à toute personne de réaliser ses activités pleinement
et de façon autonome.

Considérant que plusieurs circuits de transport en commun desservent le secteur.

Considérant le peu d’alternatives et que donc, ces intersections deviennent des passages obligés pour les habitants de ce secteur.

Considérant tout ce qui précède, nous souhaitons ardemment que notre demande soit sérieusement prise en considération et que des correctifs soient rapidement apportés. Il y aurait
lieu de bonifier la sécurité en transport actif en proposant des mesures et solutions sécuritaires.

L’ajout d’un muret de béton (voir article joint à la présente lettre), marquage au sol, feux sonores, réfection de la chaussée, ne sont que quelques exemples qui permettraient de sécuriser le
secteur. Ces problématiques affectent grandement la qualité de vie des citoyennes et citoyens de Le Moyne et il serait malheureux que l’on attende qu’un autre grave accident survienne.

En vous remerciant de l’attention que vous porterez à notre demande et dans l’attente d’une réponse de votre part, veuillez recevoir, Madame Sylvie Parent, nos salutations distinguées.

Les membres de la Table de vie de quartier Le Moyne

Dominique Rioux, représentante de la table vie de quartier Le Moyne
Organisatrice Communautaire, Direction de la santé publique
CISSS de la Montérégie-Centre, RLS Champlain
450-462-5120 poste 16032
dominique.rioux.cssscclm16@ssss.gouv.qc.ca

Pour lire la lettre dans son entièreté avec les annexes, voir ci-dessous :

Lettre Sylvie Parent 2021-07-06
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *