Longueuil, le lundi 22 février 2021 – En ce premier jour de la Semaine d’action nationale, le Centre des femmes de Longueuil tient à annoncer fièrement son appui à la Déclaration commune des centres de femmes pour une relance féministe rendue publique aujourd’hui par L’R des centres de femmes du Québec. Les travailleuses et les membres du centre :

  1. rencontreront Catherine Fournier, députée de Marie-Victorin ainsi que Lionel Carmant, député de Taillon afin de leur faire part de l’importance d’inclure les femmes dans la relance économique et de leur transmettre la Déclaration.
  2. afficheront publiquement qu’il est plus que temps de penser à une relance féministe.

Les centres de femmes ont été au cœur de la pandémie : ils sont restés ouverts et mobilisés et ont rivalisé d’ingéniosité pour répondre aux besoins changeants des femmes. C’est dans ce contexte que nous avons décidé de nous mobiliser contre une relance économique post-covid à saveur d’austérité, investissant uniquement dans les secteurs à prédominance masculine et destructrice de notre environnement, voyant quotidiennement les impacts de la pandémie sur les femmes. Nous réclamons une relance économique juste, respectueuse de l’environnement et féministe.

La déclaration est le fruit d’une co-construction impliquant les réflexions, l’expertise et l’expérience terrain de centaines de travailleuses et du comité En’Rayer le racisme. Les femmes, particulièrement les femmes que la société racise, sont surreprésentées dans plusieurs des domaines qui ont été durement touchés par la crise. Les femmes ont aussi été plus nombreuses que les hommes à perdre leur emploi et les violences envers les femmes ont connu une hausse record durant la pandémie. Il est donc primordial que la relance s’attarde en priorité aux travailleuses ainsi qu’à la santé et au bien-être des femmes. Nous demandons également au gouvernement de veiller à renforcer le filet social afin pour prévenir de futures crises et leurs conséquences sociales et renforcer la solidarité et l’équité entre les communautés.

À Longueuil plus précisément, les enjeux pour les femmes sont grands et la pandémie n’a fait qu’accentuer les différentes inégalités. La crise du logement à Longueuil est plus qu’alarmante et les femmes à la croisée des oppressions en font davantage les frais. Que dire du manque, voire de l’inexistence, d’hébergement pour femmes en difficulté et en situation d’itinérance. Il en va de même de besoins au niveau des agressions sexuelle sachant que notre territoire n’a aucun Centre d’aide et de luttes contre les agressions à caractère sexuel (CALACS). Dans la foulée de la sortie du Rapport du comité d’experts sur l’accompagnement des victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale, il est plus que temps d’agir pour avoir un organisme à Longueuil inclusif et accessible à toutes les femmes.

Bâtissons féministe pour une société solidaire!

Pour lire la déclaration

Communiqué de presse_Les Centres de femmes mobilisés pour une relance féministe!
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *