CJESH

Bonjour chers partenaires et collaborateurs,

Des décisions inquiétantes sont actuellement prises par Services Québec quant à l’accès aux services d’employabilité pour les prestataires de l’assurance-emploi.
Il nous apparait important de vous en faire part.

Le 23 avril nous étions au micro du FM 103,3.  J’ai eu l’occasion d’aborder la situation des jeunes et du marché de l’emploi. (Début du sujet à 09 minutes 55 : https://www.fm1033.ca/podcast_fm1033/direction-emploi/)

J’y mentionne notamment une rumeur selon laquelle les prestataires de l’assurance-emploi (chômage) ne seront plus une clientèle priorisée par Services Québec.  Cette rumeur est maintenant confirmée, en tout cas pour la région de la Montérégie.  Ainsi, ces personnes ne seront pas référées vers des organismes spécialisés en employabilité comme le nôtre.   Déjà, dans la dernière année, on nous a dit que les personnes en emploi, même avec un emploi précaire, n’étaient pas priorisées, alors imaginez notre réaction en apprenant cette nouvelle.

Un manque à gagner de 145 millions $ au ministère
La ministre de l’Emploi au Québec explique cette décision par le non-transfert d’un montant de 145 millions $ par le fédéral vers le provincial.  Le ministère dit qu’il doit faire des choix.  L’un de ceux-ci est de ne plus financer des services pour les chômeurs.   Oui, oui, vous avez bien lu.  Depuis l’année dernière, une liste des clientèles prioritaires a été établie et jusqu’à tout récemment, elle incluait les prestataires de l’assurance-emploi.    Questionnée lors de l’étude des crédits, la ministre a mentionné que prioriser ne voulait pas dire exclure.   Cependant, j’aimerais vous informer de ce qu’elle n’a pas dit :

*   Dans les régions et sur le terrain, cette directive est administrée comme une exclusion.
*   Les organismes d’aide à l’emploi ne recevront pas de financement pour les services d’accompagnement vers l’emploi offerts à des personnes qui ne font pas partie de la liste des clientèles priorisées.

Autrement dit, on nous demande de sélectionner notre clientèle ou accepter de ne pas être financé si on aide une personne non priorisée qui cogne à notre porte.   D’ailleurs, lors du renouvellement de notre entente annuelle avec Services Québec, on nous a « reproché » d’avoir desservi des clientèles non prioritaires, dont des personnes en emploi, même si cet emploi était précaire et ne leur permettait pas de subvenir à leurs besoins de base.   Cela a pour conséquence que nous devons absorber « sur le bras» ou par nos autres financements les services rendus à plus d’une cinquantaine de personnes.

Les jeunes et l’emploi

*   Avant d’aller plus loin, j’aimerais vous parler de la situation du marché du travail.   Tout d’abord au Québec, on ne peut plus parler de pénurie de main-d’œuvre, il s’agit plutôt d’une pénurie de compétences.
*   Les postes disponibles demandent des qualifications et le nombre de personnes adéquatement formées selon ces exigences, ne sont pas suffisants.
*   Au mois de mars 2024, le taux de chômage chez les jeunes était à 12,6%.  C’est le pourcentage le plus élevé depuis septembre 2016 en excluant les années pandémiques de 2020 et 2021.
*   Le taux d’emploi recule depuis 6 mois consécutifs.  On entend beaucoup parler de fermeture d’entreprises, de mises à pied et de ralentissement économique.
*   Cet hiver, près de 3 400 travailleurs du secteur de l’animation et des effets visuels ont perdu leur emploi.   Une forte proportion de ces personnes sont de jeunes adultes de moins de 35 ans.
*   Tristement, un grand nombre de jeunes ayant décroché de l’école ou du cégep pendant la pandémie sont directement impactés par le ralentissement et la diminution des heures de travail dans les secteurs de la restauration et du commerce de gros et de détail.  Ils sont à risque de se retrouver au chômage sans qualifications et qui les aidera à trouver des options?

Concrètement ça veut dire quoi
Les jeunes adultes sont les premiers touchés par les variations économiques et ils sont oubliés actuellement dans les nouvelles décisions du ministère de l’Emploi.  La liste des clientèles priorisées par Services Québec est à la limite de la discrimination pour eux et pour plusieurs types de profils en situation de vulnérabilité ou à risque de l’être.

Par exemple Jessica, 26 ans, issue d’une minorité visible, travaille comme caissière à 15 heures semaine.  Puisqu’il lui reste au moins 40 ans sur le marché du travail, elle souhaite un autre emploi pour améliorer ses conditions de vie, mais elle n’est pas une priorité pour le gouvernement.  Pourquoi?  Parce qu’elle est âgée de plus de 24 ans, qu’elle occupe déjà un emploi, qu’elle n’est pas monoparentale et elle vit au Québec depuis 20 ans.

Autre exemple Jacob, 25 ans, problème de gaming, sans domicile fixe puisqu’il habite chez une tante en hiver et parfois chez des amis en été.  Il occupe un emploi 3 à 4 mois, puis il quitte sans avertissement.  Jacob ne correspond pas aux critères des clientèles priorisées.  Pourquoi? Parce qu’il n’est pas prestataire de l’aide sociale, qu’il n’a pas de casier judiciaire, il n’est pas autochtone, il a plus de 24 ans et il est Québécois.

Alors, si vous êtes âgés entre 25 et 55 ans, que vous êtes au Québec de plus de 5 ans, que vous n’avez aucun handicap, aucun casier judiciaire, n’êtes pas monoparentale, n’êtes pas autochtone, et vous vous retrouvez soudainement sur l’assurance-emploi (chômage), vous n’êtes pas éligibles aux services publics d’emploi et ce, même si vous êtes dans la merde financièrement et que vous ne savez plus par où commencer pour aller mieux.   Si vous êtes un contribuable qui se reconnait dans la description ci-haut, vous comprenez surement que ça n’a aucun sens.

Des organismes d’aide à l’emploi à qui l’on demande de ne plus desservir les chômeurs, cherchez l’erreur.   Et un ministère de l’Emploi qui n’a plus d’argent pour prioriser les chômeurs, à quoi sert-il?

C’est désolant de réaliser que nous sommes rendus tellement pauvres au Québec, que nous devons faire des choix sur qui a droit à des services ou non pour améliorer ses conditions de vie et contribuer à l’économie du Québec.

À nos partenaires et collaborateurs qui œuvrent dans les secteurs de la santé et des services sociaux, de l’aide alimentaire, l’aide au logement, vous avez surement réalisé, en lisant ces lignes, que l’affluence que vous avez connue cette année ne cessera pas d’augmenter.

À tous‧tes, nous tenons à vous assurer que peu importe cette nouvelle directive du ministère de l’Emploi, la mission du CJESH est d’offrir des services à tous les jeunes adultes peu importe leur statut socio-économique et c’est exactement ce que nous ferons, financés ou pas.  Personne ne passera de rayon x d’admissibilité en entrant au CJESH.  Les jeunes adultes de Saint-Hubert sont notre priorité et le resteront toujours!

Merci de nous avoir lu et souhaitons qu’un printemps ensoleillé amènera le désir de replace l’humain en priorité dans les décisions.

 

Guylaine Turpin

Guylaine Turpin

 

Le groupe de travail d’Aire ouverte est actuellement en phase de collecte d’informations préliminaires pour évaluer l’intérêt et les besoins des organismes communautaires situés sur le territoire du CISSSME rejoignant des jeunes âgés de 12 à 25 ans en matière d’intervention de notre équipe, ce pour quoi nous lançons un sondage exploratoire.
Au cas où vous n’auriez pas entendu parler d’Aire ouverte, il est à savoir que sa mission consiste à offrir une gamme de services de santé mentale, physique et sexuelle aux jeunes de 12 à 25 ans. Elle vise à rejoindre ceux qui ne demandent pas d’aide, qui n’ont pas de réponse satisfaisante à leurs besoins dans les services existants et ceux qui sont en rupture de services.   Un autre objectif poursuivi est d’améliorer la continuité des services entre les secteurs jeunesse et adulte en favorisant notamment la poursuite des services au-delà de 18 ans. Pour ce faire, les services seront offerts en dehors des lieux habituels du réseau de la santé et des services sociaux. L’accessibilité et la flexibilité sont des mots d’ordre de l’approche : pas de liste d’attente ; avec ou sans rendez-vous ; horaire qui inclut des soirées et les fins de semaine ; professionnel·le·s joignables par textos ; etc.  L’équipe sera composée d’un·e ergothérapeute, d’un·e infirmièr·e clinicien·ne, d’un·e sexologue et d’un·e criminologue, chacun·e apportant une expertise spécifique pour répondre aux diverses problématiques rencontrées par les jeunes. Ce plan de poste a été élaboré en collaboration avec nos partenaires intersectoriels impliqués dans la coconstruction d’Aire ouverte et en consultant les jeunes pour s’assurer de bien répondre aux besoins du milieu. Les professionnel·le·s devraient entrer progressivement en fonction à l’automne 2024.
Aire ouverte souhaite consolider un réseau de services intégrés en collaborant étroitement avec des partenaires intersectoriels et en travaillant en complémentarité avec l’expertise qui est déjà présente dans le milieu pour offrir un soutien optimal aux jeunes. En plus d’offrir des services dans un local dédié, l’équipe de professionnel·le·s se déplacera sur le territoire du CISSSME dans les organismes qui le souhaitent pour répondre aux besoins des jeunes là où i·els se trouvent. Cette offre peut prendre différentes formes, telles que des ateliers, une présence ponctuelle pour répondre à des demandes spécifiques, une présence régulière selon un horaire fixe après arrangement, etc.
Dans ce contexte, nous vous acheminons un sondage afin de connaître vos besoins et demandes. Les informations recueillies lors de ce sondage seront soigneusement analysées. Les organismes intéressés seront éventuellement contactés pour valider les informations et préciser les besoins identifiés. Une fois que nous aurons une meilleure idée de la demande et des besoins, nous serons en mesure de planifier un horaire en fonction des ressources disponibles.
Intéressé·e à recevoir un·e professionnel·le d’Aire ouverte ? Faites-nous connaître vos besoins et préférences en complétant le Forms suivant d’ici le 24 mai 2024 :  https://forms.office.com/r/GFTwhzEqhM
N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions ou des préoccupations.
Cordialement,
Pour le groupe de travail et l’équipe projet Aire ouverte,
 
 
Roxanne Ste-Marie, ps‧éd. agente de planification et de recherche

Réseau de services intégrés pour les jeunes Aire Ouverte, volet partenariat

Direction du programme jeunesse, CISSS de la Montérégie-Est

438-824-6204

Spiralis

Des membres de l’équipe de la CDC AL ont découvert une formation qui pourrait vous intéresser : « Générer de la collaboration – Introduction au dialogue authentique ».

Il s’agit d’une édition spéciale réservée aux OBNL, organismes d’économie sociale et coopératives.

Plus d’informations dans le lien suivant :

Bibliothèques Longueuil

Du 6 au 26 mai prochain, les Bibliothèques de Longueuil sonderont leur clientèle concernant l’offre de service des formations informatiques.

Le sondage est ici : https://bit.ly/blongueuilsondage2024

Un immense merci pour votre collaboration!

Affichette_formation_informatique2024

MTESS

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’action gouvernemental en matière d’action communautaire 2022-2027, un appel de projets s’inscrivant dans le Programme de soutien aux initiatives sociales et communautaires a été lancé le 1er mai 2024.

Cet appel de projets, vise à soutenir des initiatives permettant aux organismes communautaires autonomes d’évaluer leurs interventions et de développer les connaissances et les méthodes d’intervention de l’action communautaire autonome et de l’action bénévole.

 

Pour en savoir plus ou pour faire une demande, consultez la page Web Volet Action communautaire et action bénévole du Programme de soutien aux initiatives sociales et communautaires.

 

Secrétariat à l’action communautaire autonome et aux initiatives sociales

Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale

sacais.psisc@mess.gouv.qc.ca

Appel à tous et à toutes

Appuyez-nous ici: Pétition pour un virage numérique plus humain

et Appuyez-nous ici: Pétition communication claire en santé

 

Alors que la transition numérique incite le gouvernement à réduire les services en personne, la Concertation alphabétisation Longueuil (CAL) vous invite à signer deux pétitions visant à garantir le droit à l’information et l’accès aux services pour les personnes peu alphabétisées et celles en situation de pauvreté. La disponibilité de ces services est compromise non seulement par le passage aux plateformes en ligne au détriment des contacts téléphoniques et en personne, mais aussi par l’utilisation de termes complexes dans les communications, en particulier dans le secteur de la santé.

Pour mieux comprendre les enjeux liés à la fracture numérique, la CAL vous invite à consulter le site du Regroupement des groupes en alphabétisation populaire du Québec Traversons l’écran – pour un virage numérique humain.

Pour en savoir davantage sur la communication claire dans le domaine de la santé, la Concertation alphabétisation Longueuil (CAL) vous invite à consulter la page de la coalition Communic’Action, dont elle fait partie aux côtés du groupe d’alphabétisation populaire La Jarnigoine. Ce dernier est le fondateur de la coalition Communic’Action, dédiée à promouvoir des communications claires et accessibles pour tous.

 

Merci au nom des membres de la CAL : La Boîte à lettres de LongueuilAlpha IotaL’Écrit Tôt de Saint-HubertLe Fablier, une histoire de familles; Centre Alpha-Sourd Rive-Sud; Southshoreliteracy.org

J'y travaille

La campagne J’Y TRAVAILLE! du Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’économie sociale et de l’action communautaire (CSMO-ÉSAC), menée de concert avec ses membres et partenaires, est au rendez-vous une fois de plus cette année!

Cette campagne annuelle, dédiée spécifiquement aux travailleurs et travailleuses des OBNL et des coopératives, s’inscrit dans le cadre de la Fête internationale des travailleurs et travailleuses qui a lieu le 1er mai et que nous poursuivons pendant une semaine.

Ensemble, soulignons toute l’importance des travailleurs et travailleuses du secteur et remercions-les chaleureusement.

5 façons de participer entre le 1er et le 8 mai

1- Rendez vous sur l’événement Facebook et cliquez sur je participe pour faire connaître votre organisation : S’inscrire à l’événement Facebook

2- Sur les réseaux sociaux, déposez une photo de vous, d’un(e) collègue ou de toute votre équipe avec l’une des affiches « J’Y TRAVAILLE ». Ajoutez le mot-clic #jytravaille à la fin de votre message.

Télécharger une affiche

3- Profitez de l’occasion pour remercier un(e) collègue de travail qui fait une différence.

4- Lancez le défi à une autre personne du secteur de faire la même chose en l’identifiant dans la publication.

5- Écrivez-nous un témoignage de quelques lignes que nous pourrons diffuser sur nos médias sociaux

 

Objectifs de la campagne :

  • Valoriser et reconnaître le travail de la main-d’œuvre du secteur d’emploi;
  • Valoriser et reconnaître le travail des organisations du secteur d’emploi;
  • Faire connaître le secteur d’emploi et les 200 métiers passionnants qui y sont exercés;
  • Souligner toute l’importance au Québec des travailleurs et travailleuses de notre secteur d’emploi en favorisant des messages de solidarité à leur égard et surtout en leur disant merci!

 

SMRS

Nous vous transmettons le cri du cœur des médias locaux de la Rive Sud pour participer à leur Sommet du 15 mai 2024.

Notre directeur, Martin Boire y sera panéliste à 11h dans « Place aux parties prenantes ».

En tant que membres influents de notre communauté, votre présence et votre contribution à ce sommet seront d’une valeur inestimable.

Si vous avez des questions, communiquez directement avec : Jean Sébastien Talbot, du bureau de Denis Trudel au 450-928-4288.

 

L’équipe de la CDC AL

_____________________________

Les médias locaux, sur la Rive-Sud comme ailleurs, vivent des moments difficiles. À l’exode des revenus publicitaires vers les plateformes numériques (GAFAM), un phénomène largement documenté et discuté sur la place publique, s’ajoute des difficultés d’accès à l’information, certaines sources préférant l’exposition associée aux médias nationaux pour s’adresser à la population.

Cela entraîne donc un cercle vicieux, puisque certaines nouvelles importantes, de nature à capter l’attention de la population et donc à générer des revenus publicitaires, court-circuitent les médias locaux.

Or, cela pénalise d’abord et avant tout le public et son droit à l’information. L’information occupe un rôle démocratique absolument crucial dans notre société.

Avoir une conception commune du monde qui nous entoure, ce que permettent des médias forts, est une condition sine qua non à toute discussion sur nos choix collectifs.

Nos médias rive-sudois, ayant pignon sur rue et des employé⸱es qui travaillent et consomment localement, accompagnent, divertissent et rapportent l’actualité aux citoyen⸱nes envers qui ils sont redevables, soit l’ensemble des rive-sudoi⸱es!

Votre journal, votre radio et votre télévision ont toujours eu une place importante dans votre espace médiatique. Nos médias sont des acteurs incontournables pour mettre en lumière nos valeurs, nos couleurs, la vie de nos quartiers et ce qui s’y passe. Maintenant, il est temps de mettre les projecteurs sur eux avant qu’il soit trop tard!

L’adoption du projet de loi C-18 a non seulement mis la lumière sur l’importance de protéger nos médias, mais a également montré à quel point ils sont davantage vulnérables. Plusieurs médias locaux et régionaux luttent pour leur survie depuis plusieurs années et nous vivons présentement une crise des médias sans précédent liée aux problèmes de financement et à la concurrence déloyale des géants du web.

Nous, toutes et tous, avons un rôle à jouer pour la survie de nos médias locaux sur la Rive-Sud de Montréal. C’est pourquoi sous l’initiative du député de Longueuil—Saint-Hubert, Denis Trudel, vous êtes convié⸱es au Sommet sur les médias locaux de la Rive-Sud.

Objectifs :

  • Discussions intérressées
  • Actions concertées
  • Mobilisation rive-sudoise

Pour inscrire votre participation, cliquez ici : https://lepointdevente.com/billets/wya240515001 .
Nous espérons sincèrement pouvoir compter sur votre participation et votre soutien.

 

Éric Tétreault Fm 103,3 La radio allumée

Julie Voyer Le courrier du sud

Denis Trudel Député de Longueuil—Saint-Hubert

Sylvain Casavant TVRS

 

SMRS présentation
Le Comité Longueuil Villes Sans Racisme et Discrimination (CLVsSRD) s’inquiète de la fermeture du Centre Justice et Foi et de la mise à pied de ses employé.es. Le Centre Justice et Foi a été un acteur incontournable pour la réflexion sur le Vivre-Ensemble au Québec et il a nourri de par ses publications et ses activités, plusieurs des actions du CLVsSRD. Nous souhaitons informer notre communauté par rapport à cette triste situation ainsi qu’exprimer notre solidarité envers les employé.es mis à pied. Nous vous invitons à lire et à signer la lettre ci-bas. Merci de votre solidarité !
 
Message important du Comité de soutien aux employé-es mis à pied du CJF.
 
 Nous vous serions reconnaissants de diffuser à d’autres svp. 

La suspension abrupte des activités du Centre justice et foi (CJF) et la mise à pied cavalière de son personnel, sans justification valable, le 21 mars dernier, suscitent la consternation. Cette décision du conseil d’administration a de graves conséquences pour les employé-es et pour tout ce qui compose le CJF : la revue Relations, le secteur Vivre ensemble, le volet sur l’avenir du christianisme social.

 

Si vous avez à cœur tout le travail important réalisé par l’équipe du CJF mise à pied ou si vous voulez exprimer votre désaccord avec le traitement inacceptable des travailleuses et travailleurs ou si vous croyez à l’importance de garder des espaces citoyens et démocratiques sur les enjeux sensibles que traversent le Québec, montrez votre appui sans tarder afin de dénoncer l’injustice qui lui est faite et qui heurte frontalement les valeurs de justice sociale portées jusqu’ici par le CJF. Toutes et tous sont invité-es à signer la déclaration (lectorat et abonné-es de Relations, lectorat du webzine de VE, citoyen-nes, professionnel-les, directions d’organismes, acteurs de différents milieux, etc.) et à faire un don.

Dans un contexte de hausse des loyers et du coût de la vie, la perte abrupte de revenus peut vite devenir intenable, même en ayant accès à l’assurance-emploi, les employé-es mis à pied ont besoin de votre soutien.

Rendez-vous à l’adresse : soutenonslesemployesducjf.org

Vous y trouverez la liste des 45 premiers signataires de la déclaration, les instructions pour faire un don, une section Médias et d’autres suggestions d’appuis possibles.

Si vous avez déjà fait un autre geste (envoi d’une lettre au CA du CJF, lettre ouverte dans les médias, etc.), il est important de continuer et de signer aussi cette déclaration svp.

Sur Facebook, nous vous invitons à suivre la page Solidarité avec l’équipe du Centre justice et foi et à réagir et commenter lorsqu’il est question de ce sujet.

Merci de diffuser dans vos réseaux svp, en invitant d’autres personnes à signer la déclaration et à faire un don. Faire connaître publiquement votre appui autant que possible est important pour que cette initiative rayonne.

Merci de votre solidarité!

Le Comité de soutien aux employé-es mis à pied du Centre justice et foi
RTL

Le 17 avril 2024

Nomination d’Alain Dufort à titre de nouveau directeur général du RTL

Au nom du conseil d’administration du Réseau de transport de Longueuil, il me fait plaisir de vous annoncer la nomination de M. Alain Dufort au poste de directeur général de la troisième plus importante société de transport au Québec. Ce dernier entrera en fonction le 17 juin prochain.

Monsieur Dufort est un haut gestionnaire d’expérience du secteur public aux expertises diversifiées et ayant à cœur la qualité des services offerts aux citoyens. Il a valorisé tout au long de sa carrière le développement, l’accompagnement et la valorisation de ses équipes et des talents, faisant de la mobilisation et de l’engagement des employés le moteur de la réussite. Le leadership de M. Dufort est rassembleur, inclusif et collaboratif. Il place l’humain au cœur de son modèle de gestion, partageant les mêmes valeurs que l’ensemble d’entre nous.

« Je me joins à une équipe compétente et dévouée qui est motivée à offrir des services de qualité aux usagers du transport régulier et adapté ainsi qu’une expérience employé qui se démarque. C’est ensemble que nous atteindrons nos cibles ambitieuses. Il me fera plaisir de mettre en place avec vous les conditions gagnantes », a déclaré M. Dufort.

En collaboration avec l’équipe de direction, M. Dufort poursuivra les grands chantiers de travail en cours qui mèneront à notre exercice de planification stratégique. Mentionnons entre autres la mise en œuvre de l’électrification du réseau, la mise à niveau et le développement des infrastructures, l’amélioration de la performance organisationnelle et opérationnelle et la valorisation de l’expérience clientèle et employés.

Le conseil d’administration tient à remercier et à réitérer sa confiance envers Sylvain Gonthier. Au cours de la dernière année, il a participé à la réalisation de divers projets d’envergure, dont la mise en service du nouveau réseau redessiné, parallèlement à l’arrivée du REM, et a contribué à la mise en place de la démarche du plan stratégique opérationnel. M. Gonthier continuera d’occuper le poste de directeur général par intérim jusqu’à l’entrée en fonction de M. Dufort le 17 juin prochain. Il réintégrera alors ses fonctions de directeur principal Opérations.

 

À propos d’Alain Dufort, un leader mobilisateur

Alain Dufort cumule plus de 33 années d’expérience dans le secteur public. Il a mené avec rigueur la réalisation de projets majeurs au sein de la Ville de Montréal. Il était jusqu’à tout récemment le directeur général adjoint au Service aux citoyens, ayant sous sa responsabilité un budget d’opération de plus de 425 M $ et un programme d’investissement triennal de près de 1,5 G $.

M. Dufort a été un grand contributeur des orientations stratégiques du centre-ville et de la métropole, en plus de s’être constamment engagé à offrir des services efficients et performants aux citoyens, et ce, dans un contexte de transition socio-écologique.  Les services sous sa responsabilité étaient étendus et diversifiés, parmi ceux-ci : le Service de la concertation des arrondissements, le Service de l’expérience citoyenne et des communications, le Service des grands parcs, du Mont-Royal et des sports, le Service du matériel roulant et des ateliers et le Service des technologies de l’information.

Il est détenteur d’un baccalauréat en génie de Polytechnique Montréal et d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de HEC Montréal.

À la lumière de ce parcours professionnel inspirant et de ses qualités personnelles et relationnelles, le conseil d’administration est convaincu que M. Dufort s’intégrera harmonieusement parmi nous.

En terminant, je tiens à remercier chacun d’entre vous de votre importante contribution au RTL.

 

Geneviève Héon, MBA

Présidente du conseil d’administration