Conditions de travail dans le secteur communautaire | L’ATTACA et la CSQ veulent solidariser 63 000 travailleuses et travailleurs

SOURCE : CSQ

 

Montréal, le 4 octobre 2019. – Une importante offensive est lancée aujourd’hui par l’Alliance des travailleuses et des travailleurs de l’action communautaire et de l’action communautaire autonome (ATTACA) et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) pour solidariser les 63 000 travailleuses et travailleurs du secteur communautaire afin qu’ils puissent revendiquer de meilleures conditions de travail.

Le congrès de fondation de l’ATTACA se déroule aujourd’hui à Montréal. La nouvelle association professionnelle pourra compter sur le soutien étroit de la CSQ.

La porte-parole du comité de direction de l’ATTACA, Catherine Jetté, explique qu’« il est plus que temps que les travailleuses et travailleurs du communautaire unissent leurs forces pour mettre fin aux conditions difficiles qui sont le lot d’un trop grand nombre ».

« Le taux de syndicalisation dans le milieu communautaire est de 5 % seulement. C’est paradoxal de voir un milieu qui lutte pour la solidarité sociale être aussi désuni et désorganisé quand vient le temps de défendre ses propres intérêts. Il faut que ça change et c’est la raison d’être de cette alliance de travailleuses et de travailleurs », mentionne Catherine Jetté.

Un appel à François Legault

Cette dernière ajoute que l’ATTACA a comme défi de changer la donne dans le milieu communautaire.

« Le salaire moyen des travailleuses et travailleurs est de 18,54 $ l’heure. Sans compter que pour plusieurs, ils n’ont pas droit à une assurance collective ou à un régime de retraite. C’est bien beau d’œuvrer pour faire reculer la pauvreté dans la société, mais il faut commencer par soi-même. François Legault a dit que son gouvernement favorise la création d’emplois de qualité au Québec alors, il doit commencer par rehausser les conditions de travail et les salaires dans le secteur communautaire », plaide Catherine Jetté.

Un front commun pour le secteur communautaire

Pour sa part, la CSQ apportera tout le soutien nécessaire à l’ATTACA pour qu’elle puisse créer le front commun recherché dans le secteur communautaire et ensuite parler d’une seule voix face au gouvernement.

« On dénombre pas moins de 5 000 groupes dans le secteur communautaire et le gouvernement a toujours compté sur cette division pour maintenir les travailleuses et travailleurs dans des conditions de travail inacceptables. Au cours des prochaines semaines, nous allons aider l’ATTACA à tenter d’unifier ce secteur pour que les travailleuses et travailleurs puissent défendre leurs droits », prévient Line Camerlain, vice-présidente de la CSQ.

Une base de négociation déjà prête

La leader syndicale précise qu’un important travail de préparation en vue d’une éventuelle négociation globale a déjà été fait.

« Nous avons scruté en détail les contrats de travail et les conventions collectives existant déjà dans le milieu pour rédiger un recueil des meilleures pratiques en matière de contrats de travail. Ce recueil servira de point de départ sur lequel s’appuyer pour discuter et négocier avec le gouvernement afin de revoir et de bonifier les conditions de travail de ces travailleuses et travailleurs », précise Line Camerlain.

Des gains qui profiteront à la collectivité

En terminant, la vice-présidente de la CSQ soutient que l’ensemble de la société a beaucoup à gagner en améliorant les conditions de travail dans le secteur communautaire. « Ces travailleuses et travailleurs, qui interviennent dans différents domaines, nous rendent d’immenses services. Je pense notamment à l’aide à l’emploi et à la santé mentale. Il est plus que temps que leur travail, si précieux pour la collectivité, soit reconnu à sa pleine valeur. »

Panel sur la lutte à la crise climatique et la justice sociale

Nous en profitons donc pour vous inviter à un panel sur la lutte à la crise climatique et la justice sociale qui aura lieu en Montérégie, dans le cadre de la Semaine nationale de l’action communautaire autonome (SNACA).

 

Cette année, la Semaine se déroule sous le thème « Nos luttes, nos victoires » et met en lumière l’apport exceptionnel des organismes communautaires dans la construction du filet social québécois.

 

En Montérégie, le RQ-ACA organise en partenariat avec la TROC-Montérégie, la TROVEP Montérégie, le RQGE et le Front commun pour une transition énergétique, un panel de discussion sur la lutte contre la crise climatique dans une perspective de justice sociale. Il sera question du rôle essentiel des organismes communautaires autonomes dans cette lutte.

 

Où : Au Bloc de Macadam Sud, 895 Ste-Hélène, Longueuil
Quand: Mercredi, le 23 octobre 2019, de 18h00 à 20h00

 

Voici l’évènement Facebook pour signifier votre présence:
https://www.facebook.com/events/754986964953443/

 

La plateforme : « Les femmes sont POLITIQUE pas pour rien » est lancée!

SOURCE : TCGFM

 

Longueuil, le 7 octobre 2019 – Au cours des derniers mois, la Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM) a travaillé à l’élaboration d’une plateforme composée de cinq revendications politiques féministes représentant les priorités régionales.

 

Dans le cadre de deux consultations, la trentaine d’organisations membres de la TCGFM a contribué à l’identification d’enjeux prioritaires touchant les femmes de la Montérégie. Par le thème « Les femmes sont POLITIQUE pas pour rien », les groupes membres réitèrent certes l’importance de la présence des femmes dans ce domaine, mais rappellent surtout aux candidatEs que l’égalité n’est toujours pas atteinte et que les Montérégiennes sont mobilisées afin de faire avancer les conditions de vie des femmes sur le territoire ainsi que dans le reste du Canada.

 

Les propositions touchent plusieurs sujets allant de la défense et promotion de l’accès universel aux services d’avortement à l’amélioration du régime public de retraite, en passant par l’application de l’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) et son utilisation par le gouvernement fédéral comme un outil fondamental dans l’élaboration de ses politiques et de ses programmes.

 

Linda Crevier, directrice générale de la TCGFM, souhaite que les candidatEs du territoire montérégien se positionnent par rapport à cette plateforme de revendications : « Les divers partis politiques doivent s’assurer que leurs propositions à la population intègrent des actions concrètes pour les femmes. »

 

Pour en savoir plus, veuillez visiter la page Facebook (@tablefemmesmonteregie) pour consulter la plateforme.

 

Rappelons que la TCGFM est un regroupement d’organismes à but non lucratif, fondé en 1988, qui a pour principale mission l’amélioration des conditions de vie des femmes de la région sur les plans économique, politique et social.

Nous avons encore bien du pain sur la planche!

La Ministre Sonia LeBel a déposé officiellement la semaine dernière le projet de loi n°39, Loi établissant un nouveau mode de scrutin. C’est un moment que nous attendions depuis des décennies.

Bien que nous pouvons nous réjouir de ce pas important, il y a de nombreux points que nous avons relevés, à première vue, qui nécessiteront des discussions et propositions d’amendements, avant que ce nouveau mode de scrutin puisse répondre aux demandes répétées des Québécoises et Québécois:

  • 17 régions électorales, impliquant des régions avec 1 seul siège régional de compensation
  • Seuil minimal national de 10% pour avoir accès à des sièges régionaux
  • Interdiction des doubles candidatures (locale et régionale)
  • Méthode de calcul des sièges régionaux favorisant le parti ayant le plus de sièges (prime au vainqueur)
  • Diminution des distorsions que de 40%
  • Maintien de la possibilité de former des gouvernements majoritaires avec moins de 50% des votes
  • Aucune mesure contraignante pour la représentation des femmes
  • Aucune mesure pour la représentation de la diversité
  • Recours au référendum pour valider la loi, durant une campagne électorale
  • Pas de mise en application pour les élections de 2022

Bref, nul besoin de vous faire le portrait. Nous n’allons pas chômer dans les prochaines semaines. Des consultations publiques sont à venir et nous aurons l’occasion de présenter des propositions au gouvernement. Nous devrons également bien expliquer à la population et aux partenaires de la société civile la proposition gouvernementale et ses diverses modalités.

C’est pourquoi nous avons grandement besoin de vous! Si vous avez du temps, je vous invite à vous joindre à notre équipe de volontaires de partout au Québec, pour prendre part à nos actions de sensibilisation. Plus important encore, nous devons avoir les moyens financiers de nos ambitions. Je vous invite à contribuer dès maintenant pour nous permettre de produire du matériel d’information et mener des actions dans les diverses régions du Québec. Nous devons nous préparer pour des démarches qui pourraient être longues et coûteuses pour mobiliser la population sur un enjeu structurant qui est pourtant déterminant, mais qui se retrouve trop souvent en deuxième plan.

>> Cliquez ici pour contribuer au fonds d’action maintenant! <<

 

S’il ne vous est pas possible de contribuer plus de 50$ pour cette fois, je vous conseille plutôt d’opter pour le don mensuel pour aussi peu que 10$ par mois. Cela nous aidera grandement pour mener des actions sur le long terme.

C’est maintenant que ça se passe! Merci pour votre soutien!

 

JEAN-SÉBASTIEN DUFRESNE
Directeur général
Mouvement Démocratie Nouvelle

Tournée de consultation CDC-TROCM sur le PAGAC

Quoi : La consultation sur le nouveau plan d’action gouvernemental en matière d’action communautaire (PAGAC)

 

Pourquoi y participer : Pour faire connaître vos préoccupations que nous transmettrons au gouvernement (via un mémoire que nous rédigerons)

 

Enjeu principal : Ce plan d’action aura une incidence sur le financement et la reconnaissance des organismes communautaires pour minimalement les dix prochaines années

 

Durée de la rencontre : 2h30

 

Pour vous inscrire : https://forms.gle/8wPxok85NxqSq4K97

 

Quand :

 

 

Flash Arthrite/Flash Arthritis : bulletin d’un nouvel organisme communautaire entièrement dédié aux personnes atteintes d’arthrite de la rive-sud.

Nous sommes très fières de vous présenter le premier numéro de Flash Arthrite, bulletin d’un nouvel organisme communautaire entièrement dédié aux personnes atteintes d’arthrite de la rive-sud.

Arthrite Rive-Sud a vu le jour grâce à la complicité, les efforts et la générosité de nombreuses personnes qui ont cru et croient en cette cause importante. Nous leur sommes sincèrement reconnaissants – ils et elles ont collaboré chacun à leur façon à ce qu’un rêve vieux de 16 ans devienne enfin une réalité.

Nous connaissons l’effet dévastateur de cette maladie chronique, c’est pourquoi nous offrons des programmes et activités pour donner aux personnes atteintes d’arthrite et leurs proches les outils nécessaires pour gérer et soutenir leur état de manière à améliorer leur qualité de vie et mieux vivre avec l’arthrite, quelle que soit sa forme.

Nous vous souhaitons la bienvenue à Arthrite Rive-Sud, que ce soit à titre de membresparticipants, bénévoles, animateurs, supporteurs, collaborateurs ou donateurs.

Votre aide et votre soutien nous permettront d’offrir des activités adaptées et pertinentes aux besoins de la population que nous voulons desservir.  Nous vous en remercions à l’avance.

Ensemble on peut réaliser de grandes choses !

Nous vous souhaitons tous une excellente santé et que l’automne et l’hiver puissent vous apporter du bonheur à chaque jour.

Premela Pearson, présidente.

 

Bulletin ARS Vol 1 No 1 - FRA
Bulletin ARS Vol 1 No 1 - ANG

Budget participatif – Ma ville, mes idées

SOURCE : Ville de Longueuil

Longueuil dévoile sa toute première démarche participative et invite ses citoyens à soumettre des projets qui leur tiennent à cœur pour faire de leur ville un milieu de vie à leur image.

La Ville de Longueuil dispose d’un budget de 500 000 $ pour la réalisation de projets citoyens qui auront des retombées positives sur la communauté. D’une valeur maximale de 100 000 $, chaque idée proposée devra respecter certains critères. Si la valeur totale des projets retenus dépasse le budget alloué, ceux-ci seront soumis au vote des Longueuillois et Longueuilloises.

Pour tous les détails concernant cette démarche participative, incluant la foire aux questions, visitez longueuil.quebec/budgetparticipatif.

Débats 2019 – Élections fédérales – TVRS

SOURCE : Infolettre TVRS

Dans le cadre des élections fédérales du 21 octobre prochain, TVRS organisera et diffusera en direct sept débats de 60 minutes avec les candidats des circonscriptions du territoire qu’elle dessert. François Laramée assurera l’animation des débats télévisés.

Soyez au rendez-vous! En direct sur les ondes de TVRS (chaîne 609 de Vidéotron) et diffusé en simultané sur Facebook live (page Facebook de TVRS), dès 19 h.

  1. Mardi 24 septembre 2019 : Beloeil–Chambly
  2. Jeudi 26 septembre 2019 : Pierre-Boucher–Les Patriotes–Verchères
  3. Mardi 1er octobre 2019 : Brossard–Saint-Lambert
  4. Jeudi 3 octobre 2019 : La Prairie
  5. Mardi 8 octobre 2019 : Longueuil–Charles-LeMoyne
  6. Mardi 15 octobre 2019: Montarville
  7. Jeudi 17 octobre 2019 : Longueuil–Saint-Hubert       

Élections fédérales: les candidats débattent sur la Rive-Sud

SOURCE : FM103.3

Le FM 103,3 organise un grand débat médiatique en vue des élections fédérales, en collaboration avec le journal Le Courrier du Sud.

Un représentant de chacun des partis reconnus est sélectionné pour venir défendre ses couleurs face à ses adversaires sur plusieurs enjeux, comme la mobilité, l’environnement et l’immigration.

Ainsi, 6 candidats rive-sudois vont échanger sur plusieurs sujets chauds de la région sous forme de débat pour répondre aux questions des électeurs.

Des représentant d’organismes vont aussi interpeler les politiciens.

D’une durée de 2h30, le débat sera animé par Diane Trudel du FM 103,3.

Un journaliste de chaque média sera présent pour agir à titre de modérateur.

L’événement a lieu le mercredi 2 octobre à 10h au restaurant Messina, sur la rue Saint-Charles, à Longueuil.

Les électeurs sont invités à y assister pour comprendre les positions de chacun des candidats sur les grands enjeux régionaux.

Auteure: Maryanne Dupuis, en collaboration avec Henri-Paul Raymond

Invitation pour la journée mondiale de l’élimination de la pauvreté

Le jeudi 17 octobre prochain, plusieurs milliers de personnes à travers le monde refuseront la misère. Cette journée est reconnue mondialement depuis 1992 par les Nations Unies.

Dans ce cadre, le comité organisateur du Refus de la misère 2019 vous invite à vous joindre à eux pour une grande marche de solidarité qui aura lieu dans le quartier Laflèche à Saint-Hubert.

Le point de départ se fera devant l’organisme L’Écrit Tôt, 4050 Grande-Allée à Saint-Hubert dès 9 h 15. Avant le départ, il y aura un bref historique du refus de la misère et la lecture de la proclamation.

Tout au long du parcours, nous vous ferons connaître les organismes communautaires du secteur et leur implication auprès des clientèles vulnérables.
La marche se terminera au Centre Pierre-et-Bernard-Lucas. Allocutions, période d’échange et témoignage de monsieur André Leroux, ex-itinérant et maintenant chef de service des bénévoles et des événements à l’accueil Bonneau. Il sera accompagné de monsieur Jean-Marie Lapointe, animateur, comédien, conférencier et auteur de deux séries sur les personnes qui vivent en situation de vulnérabilité.

Une soupe sera servie.

L’activité sera annulée en cas de pluie torrentielle.

Nous croyons que personne d’entre nous ne peut rester indifférent à la misère et qu’il faut refuser et dénoncer avec vigueur toute forme d’exclusion sociale. (ATD Quart-Monde)

Pour le Comité organisateur de la journée mondiale du Refus de la misère 2019