Comme intervenant, votre rôle est important ! N’hésitez pas à nous référer les personnes ayant besoin d’un prêt. Cependant, afin d’éviter d’alimenter de faux espoirs, veuillez d’abord vérifier les critères d’admissibilité et, au besoin, nous contacter pour obtenir plus d’informations

 

Communiqué de presse – Pour diffusion immédiate

Surveillez la parole des femmes!

8 mars 2021 – À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le CAFAL lance une série d’activités et d’actions qui viseront à rendre visible la parole des femmes autour des violences obstétricales et gynécologiques dont elles sont victimes.

Les organismes membres du CAFAL souhaitent tenir des rencontres d’information pour leurs membres sur la nature des VOG. Par la suite, des activités seront organisées pour laisser la parole aux femmes.  Nous remarquons que lorsqu’une femme ose enfin dire tout haut ce qu’elle a vécu, comment elle s’est sentie, très souvent les autres femmes présentes prennent conscience elles aussi d’avoir vécu une forme de violence. Le malaise qui demeure souvent en suspend dans leur histoire, parce que les professionnels de la santé semblent savoir tellement mieux qu’elles ce dont elles ont besoin, s’estompe lorsqu’elles sont validées dans ce qu’elles partagent.

Notre mobilisation culminera le 28 mai 2021, journée internationale d’action pour la santé des femmes, avec un grand rassemblement. Surveillez les rues de l’agglomération pour prêter l’oreille et le cœur aux récits des femmes.

Les violences obstétricales et gynécologiques (VOG), c’est quoi?

Selon le Regroupement Naissances Respectées (RNR), lorsque l’on parle de VOG, on fait allusions à des « gestes, des paroles et des actes médicaux qui vont compromettre l’intégrité physique et mentale des femmes et des personnes qui accouchent de façon plus ou moins sévère. Ces actes ne sont pas toujours justifiés médicalement, et s’opposent parfois aux données et recommandations scientifiques actuelles. De plus, ils sont souvent faits sans le consentement libre et éclairé de la personne qui reçoit les soins. Les VOG s’inscrivent dans le continuum des violences sexuelles et genrées, en lien avec la santé reproductive et sexuelle, qui sont subies par les femmes et les personnes qui accouchent ou consultent en gynécologie. Elles se déroulent tout au long de leur vie durant les consultations en gynécologie, les suivis de grossesse, les accouchements et le postpartum.»[1]

Une gradation des comportements

Les VOG sont une réalité bien présente pour les personnes qui accouchent ou consultent en gynécologie qui fréquentent les groupes partenaires du CAFAL. Nous sommes aux premières loges pour recevoir les témoignages des expériences vécues qui sont bien souvent banalisées, mais pas moins graves. Dans un système qui prend en charge le corps des femmes, qui décide pour elles, qui prône une gestion active et efficace du travail, bien des femmes vivent des violences qui oscillent entre microagressions, traitements dégradants et carrément des agressions. Pathologisation de la grossesse, blagues sur les plans naissance, commentaires désobligeants sur l’anatomie des femmes, pressions continues en faveur d’interventions après de multiples refus, se moquer de la souffrance ou la détresse nommée, procédures faites sans consentement, recours à la force physique, la liste est longue.

Le CAFAL interpelle la population, les professionnel‧le‧s de la santé, les élus, et toute personne concernée à s’informer pour mieux comprendre cette problématique afin que nous puissions travailler ensemble pour reconnaître et éliminer les VOG.

Témoignages

Vous avez vécu des violences lors d’un suivi en gynécologie ou lors de votre grossesse et souhaitez témoigner et recevoir un soutien adapté à votre expérience? Les organismes membres du CAFAL sont là pour vous soutenir dans cette démarche de dévoilement.

Pour information supplémentaire en lien avec les violences obstétricales et gynécologiques :

Kim Couture, de MAM autour de la maternité
514-572-5774 kim.couture@mam.qc.ca

Le Comité d’Actions Féministes de l’agglomération de Longueuil a été initié le 8 mars 2019 en voyant la nécessité de se mobiliser féministement dans la communauté. Il est composé de travailleuses et de citoyennes qui désirent dénoncer les différentes violences que vivent les femmes.

CAFAL-Communiqué-de-presse-8-mars-2021

Appel à contribution

Dans le cadre du mois des droits des femmes, nous tenons à vous informer de la création d’un comité Visibilité au Centre des femmes de Longueuil. L’idée d’un projet d’un comité Visibilité est venue de l’observation et constat suivant : les noms des lieux dans les espaces publics ont des noms très majoritairement masculins. Si nous observons les noms des rues, des édifices publics, des parcs, des écoles, etc., nous remarquons que peu de femmes ont laissé à l’heure actuelle leur nom dans l’espace public. En septembre 2020 à la Ville de Longueuil, seulement 6,7% des toponymes font honneur à des femmes. Les femmes sont donc presque invisibles.

Le comité Visibilité a donc comme objectif de connaître, de faire connaître et reconnaître la contribution des femmes de la ville de Longueuil : Vieux-Longueuil, Greenfield-Park et Saint-Hubert. Pour se faire, nous faisons appel à votre contribution.

Afin de rendre visibles les femmes qui ont contribué de diverses façons au développement de Longueuil, nous vous invitons à soumettre au comité Visibilité le nom de femmes que vous avez eu l’occasion de rencontrer ou dont on vous a parlé et qui d’après vous, devraient être connues et reconnues. Mentionnez également dans quel domaine elle a oeuvré. Par exemple, une telle est impliquée dans un organisme communautaire, une autre a participé à un conseil d’administration d’une caisse populaire, une autre est la première femme à oeuvrer dans un domaine dit non-traditionnel, une autre a exercé son influence dans le domaine syndical, une autre s’est signalée pour ses connaissances et ses compétences, etc. Cela nous aidera dans notre démarche.

Faites parvenir vos suggestions en vous adressant à Sophie Tétrault-Martel, travailleuse au Centre des femmes, par courriel ou téléphone.
Merci pour votre participation.
stmartel@centredefemmeslongueuil.org<mailto:stmartel@centredefemmeslongueuil.org>
450 670-0111 poste 4
Le comité Visibilité du Centre des femmes de Longueuil

Rendre les femmes visibles dans l'espace public! - Appel à contribution

  •  Quelles sont les principales caractéristiques de ces deux démarches? À quoi servent-elles?
  • Comment accéder à un financement pour un projet permettant de lutter contre la pauvreté et l’exclusion?

 

Bref, si vous avez besoin d’en savoir plus, nous vous invitons à vous joindre à nous :

Jeudi 11 mars 2021, de 14h30 à 16h30.

Pour participer à la réunion Zoom

https://Longueuil.zoom.us/j/83408606615

Par téléphone : 438 809 7799 – ID de réunion : 834 0860 6615

 

Cette rencontre portera spécifiquement sur :

  • Le Comité inter-réseaux COVID-19 de l’agglomération de Longueuil mis en place le 16 mars 2020 pour faire face à la pandémie et soutenir les populations vulnérables (personnes aînées, personnes immigrantes, population itinérante, jeunes et familles, etc.). Cette démarche partenariale d’urgence regroupe entre autres les 2 CISSS, la CDC AL, les 5 Villes de l’agglomération, le Service de police, les 3 centres de services scolaires. Les actions sont portées par 10 cellules d’urgence.  Le comité inter-réseaux fait entre autres des liens avec le Groupe de coordination des enjeux sociaux de la Ville de Longueuil et avec l’Organisation municipale de sécurité civile (OMSC).
  • La Démarche de l’Alliance pour la solidarité de Longueuil (DASAL) découle du Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale (PAGIEPS) 2017-2023. Un comité de partenaires composé d’une trentaine d’acteurs provenant des secteurs communautaire, municipal et institutionnel œuvre de concert avec le Bureau de développement social et communautaire de la Ville de Longueuil pour soutenir financièrement la mobilisation des acteurs locaux et régionaux autour de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Le tout se fait en lien avec l’Alliance pour la solidarité de la Montérégie et le Fonds québécois d’initiatives sociales (FQIS).

 

L’activité est organisée par la Ville de Longueuil (dans le cadre de ses responsabilités d’agglomération) qui accompagne et coordonne activement les deux démarches en collaboration avec ses partenaires. La session vous donnera des informations sur les origines, les objectifs, la composition des instances de gouvernance, le fonctionnement et les modalités d’accès au financement d’actions.

 

Ce webinaire sera disponible par la suite sur le site de la Ville de Longueuil.

 

Merci de faire connaitre cette activité et d’encourager les organismes à y participer.

L’équipe du Bureau du développement social et communautaire de la Ville de Longueuil

Vous avez été nombreux·ses à participer au questionnaire-éclair et à l’assemblée virtuelle de l’Observatoire de l’ACA afin de nous partager vos préoccupations sur les enjeux à documenter et thèmes à prioriser dans la recherche de l’Observatoire de l’ACA.

Voici une synthèse des résultats de cette consultation qui s’est déroulée à l’automne 2020. Les pistes qui se dégagent orienteront les travaux de l’Observatoire au cours des prochains mois. Merci pour votre participation!

Synthèse de la consultation

Longueuil, le lundi 22 février 2021 – En ce premier jour de la Semaine d’action nationale, le Centre des femmes de Longueuil tient à annoncer fièrement son appui à la Déclaration commune des centres de femmes pour une relance féministe rendue publique aujourd’hui par L’R des centres de femmes du Québec. Les travailleuses et les membres du centre :

  1. rencontreront Catherine Fournier, députée de Marie-Victorin ainsi que Lionel Carmant, député de Taillon afin de leur faire part de l’importance d’inclure les femmes dans la relance économique et de leur transmettre la Déclaration.
  2. afficheront publiquement qu’il est plus que temps de penser à une relance féministe.

Les centres de femmes ont été au cœur de la pandémie : ils sont restés ouverts et mobilisés et ont rivalisé d’ingéniosité pour répondre aux besoins changeants des femmes. C’est dans ce contexte que nous avons décidé de nous mobiliser contre une relance économique post-covid à saveur d’austérité, investissant uniquement dans les secteurs à prédominance masculine et destructrice de notre environnement, voyant quotidiennement les impacts de la pandémie sur les femmes. Nous réclamons une relance économique juste, respectueuse de l’environnement et féministe.

La déclaration est le fruit d’une co-construction impliquant les réflexions, l’expertise et l’expérience terrain de centaines de travailleuses et du comité En’Rayer le racisme. Les femmes, particulièrement les femmes que la société racise, sont surreprésentées dans plusieurs des domaines qui ont été durement touchés par la crise. Les femmes ont aussi été plus nombreuses que les hommes à perdre leur emploi et les violences envers les femmes ont connu une hausse record durant la pandémie. Il est donc primordial que la relance s’attarde en priorité aux travailleuses ainsi qu’à la santé et au bien-être des femmes. Nous demandons également au gouvernement de veiller à renforcer le filet social afin pour prévenir de futures crises et leurs conséquences sociales et renforcer la solidarité et l’équité entre les communautés.

À Longueuil plus précisément, les enjeux pour les femmes sont grands et la pandémie n’a fait qu’accentuer les différentes inégalités. La crise du logement à Longueuil est plus qu’alarmante et les femmes à la croisée des oppressions en font davantage les frais. Que dire du manque, voire de l’inexistence, d’hébergement pour femmes en difficulté et en situation d’itinérance. Il en va de même de besoins au niveau des agressions sexuelle sachant que notre territoire n’a aucun Centre d’aide et de luttes contre les agressions à caractère sexuel (CALACS). Dans la foulée de la sortie du Rapport du comité d’experts sur l’accompagnement des victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale, il est plus que temps d’agir pour avoir un organisme à Longueuil inclusif et accessible à toutes les femmes.

Bâtissons féministe pour une société solidaire!

Pour lire la déclaration

Communiqué de presse_Les Centres de femmes mobilisés pour une relance féministe!

Voici certaines  précisions provenant du MSSS concernant les organismes communautaires admis et financés dans le cadre du PSOC  ayant une fin d’année financière au 31 décembre.

Source : TROC-M

Les Pôles régionaux d’économie sociale de la Montérégie ont récemment dévoilé les entreprises lauréates de bourses dans le cadre de la 2e édition des Bourses d’initiative en entrepreneuriat collectif (BIEC).

Dans l’agglomération de Longueuil ce sont huit entreprises qui se sont vue octroyé des bourses.

Fous de nature, Carrefour le Moutier, Certex Canada, Coeliaque Québec, Dose Culture, Les cuisiniers Différents, Culture Montérégie et Asphalte diffusion ont tous bénéficié d’une bourse de 10 000$.

Au total, c’est un montant de 222 000$ qui a été investi en bourses pour soutenir des initiatives d’entrepreneuriat collectif dans toute la Montérégie.

Selon Patrick Bousez président de la Table de concertation régionale de la Montérégie, ces bourses donneront un coup de pouce à l’écosystème de l’entrepreneuriat collectif de la Montérégie, dont les retombées économiques projetées sont évaluées à 1,2 M$.

 

Source : FM1033

Communiqué

Saint-Hubert, le 16 février 2021 – Clinique d’impôt. Comme tous les ans, durant les mois de mars et avril, des bénévoles du Centre d’action bénévole de Saint-Hubert se proposent de remplir les déclarations de revenus des résidentes et résidents de Saint-Hubert. Cette année, les critères de revenus admissibles pour bénéficier du service ont été largement mis à jour et concerneront donc beaucoup plus de personnes. Ainsi, pour bénéficier de ce service, il suffit, en plus de résider à Saint-Hubert, d’avoir des revenus ne dépassant pas 30 000 $ pour une personne seule ou 35 000 $ pour un couple ou un adulte avec un enfant (compter + 2 000 $ par personne additionnelle).

Les détails sur les lieux, jours et horaires du service sont consultables sur notre site au https://www.cab-saint-hubert.org/cab_evenements ou https://www.cab-saint-hubert.org/services/familles-et-adultes

La clinique d’impôt est ouverte aux personnes ou aux familles à revenu modeste et sera offerte, situation sanitaire oblige, sans contact direct, du 1er mars au 29 avril 2021. Comme l’an passé, il suffit de venir déposer ses documents dans une boîte prévue à cet effet. Les personnes intéressées doivent venir porter une enveloppe (contenant tous les papiers nécessaires pour leur déclaration de revenus) à l’un des deux points de services de Saint-Hubert durant les jours et les heures prévus. Il faut noter que ce service est mis en place pour des déclarations simples seulement – sont exclues les revenus de gains en capital, les revenus de location, les revenus et dépenses d’entreprises, les travailleurs autonomes, les années antérieures à 2017 et les cas de personnes ayant fait faillite ou décédés. La clinique d’impôt est un service très apprécié et de très nombreuses personnes s’en prévalent chaque année.

 

Le Centre d’action bénévole de Saint-Hubert est un organisme à but non lucratif dont la mission consiste à promouvoir l’action bénévole dans les différents champs de l’activité humaine et à répondre aux besoins du milieu.

Le 11 février dernier, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a intégré les travailleurs et travailleuses des groupes communautaires en santé et services sociaux (exclusivement) dans la priorisation vaccinale. Les personnes incluses dans la priorité 2 sont celles en contacts directs avec des patients à haut risque. Par exemple : les travailleurs de rue en santé mentale, itinérance et toxicomanie. Les exemples ne sont pas exhaustifs et nécessitent d’être clarifiés. Tous les autres travailleuses et travailleurs du milieu communautaire en SSS sont classés dans la priorité 9.

Voir les 10 paliers de priorisation vaccinale