Appel à l’action pour un meilleur financement des organismes communautaires

,
TROC
TROC-M – Table régionale des organismes communautaires de la Montérégie
Voir ce courriel dans votre navigateur
15 novembre 2022
Appel à l’action pour un meilleur financement des organismes communautaires
Bonjour,

Nous vous invitons aujourd’hui à cosigner et à faire circuler cette lettre adressée au premier ministre du Québec. Il s’agit d’une initiative citoyenne qui rappelle le rôle essentiel des organismes communautaires et l’importance de financer adéquatement le milieu communautaire.

Merci à l’avance,

Johanne et Catherine

Tant que le communautaire sera sous-financé, le système va continuer à s’écrouler

Monsieur Legault,

La situation au Québec en termes de santé mentale est critique. Les services publics, communautaires et privés débordent, à un point où il est difficile pour quiconque d’avoir l’aide appropriée.

Nous vous avons souvent entendu parler du manque de psychologues dans le réseau public. Nous croyons évidemment que la psychothérapie est un service nécessaire qui devrait être accessible et que les conditions actuelles pour les psychologues du réseau sont déplorables, mais nous avions envie de vous sensibiliser à l’importance de tous les services psychosociaux en santé mentale, incluant les services offerts au communautaire.

Connaissez-vous toute la diversité, l’expertise et la richesse des services offerts constamment par le milieu communautaire? Que ce soit en lien avec le suicide, le deuil, l’anxiété, l’itinérance, les troubles alimentaires, l’isolement, les dépendances, la précarité, l’exclusion sociale, la dépression, les troubles psychotiques, la réinsertion sociale, la lutte pour des conditions de vie dignes et humaines pour ne nommer que quelques aspects, le milieu communautaire est présent constamment pour aider toute la population. Souvent caché dans les angles morts, le milieu communautaire agit en filet de sécurité et rattrape les personnes qui sont tombées entre les mailles grandissantes du système. Il faut aussi noter que le milieu communautaire aide autant les individus de tous les âges, les familles ainsi que les communautés. Finalement, le mouvement communautaire autonome ne saurait résumer qu’à des services et des soins, mais constitue un réel moteur de transformation sociale qui doit être légitimé par un financement à sa mission. Nous voudrions également souligner que le milieu communautaire est un des filets de sécurité les plus importants en lien avec la prévention du suicide. Sans les ressources adéquates, le risque de suicide au Québec est tragiquement plus élevé.

Cependant, lorsque les organismes sont trop peu subventionnés ou financés de telle sorte que leur mission n’est pas supportée, nous assistons à des fermetures d’organismes essentiels et à des milieux de travail qui doivent sans cesse faire plus avec moins. Les conditions de travail précaires dues au manque de financement des milieux communautaires affectent non seulement le personnel, mais aussi les services rendus aux populations les plus vulnérables de notre société. En tant que Premier Ministre du Québec, nous croyons que vous avez la responsabilité de prendre soin de ces populations. Cela commence en assurant réellement le financement du milieu communautaire.

Nous constatons aussi le temps précieux perdu à faire des demandes de subventions et de la reddition de comptes afin de pouvoir survivre une année de plus. Ce temps précieux pourrait être utilisé directement aux personnes vulnérables plutôt qu’à prouver nos services. D’ailleurs, en assurant un meilleur financement du milieu communautaire, cela éviterait aux organismes communautaires d’être en compétition afin d’obtenir la moindre cent et de devoir trop souvent plier à leurs valeurs afin de plaire aux donateurs, un engrenage qui nuit à long terme aux services rendus dans le milieu communautaire.

Si le milieu communautaire était suffisamment financé à la mission selon les besoins réels de chaque organisme, nous sommes convaincus que nous constaterions une baisse de la pression sur le réseau public, une baisse des hospitalisations, une diminution de la souffrance humaine, une réduction des coûts publics liés à une souffrance humaine mal prévenue et une amélioration concrète des conditions de vie au Québec. Ce que nous vous disons aujourd’hui est un message que le milieu communautaire s’efforce de faire résonner à la grandeur du Québec depuis 30 ans. Nous n’avons pas la prétention d’affirmer que cette lettre soit meilleure ou novatrice. Nous avons seulement à coeur de participer à faire porter ce message essentiel et urgent.

Un milieu communautaire en santé ferait une différence immense pour le Québec.

Tant que le communautaire sera sous-financé, le système va continuer à s’écrouler.

Rédigé et initié par
Michèle Lambin, travailleuse sociale et psychothérapeute
Marc-Antoine Dagenais, travailleur social
Ariane Kirton, travailleuse sociale

Cosigner