12 jours d’actions contre les violences faites aux femmes

Source : Linda Crevier, directrice générale (dg@tcgfm.qc.ca)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Longueuil, le 25 novembre 2019

Le mercredi 20 novembre dernier, les membres de la Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie se sont rencontrées à Sainte-Julie afin d’échanger au sujet des enjeux féministes de la région. La TCGFM constate que les femmes font toujours face à une discrimination systémique et qu’il demeure des inégalités persistantes à leur égard. Les déléguées ont aussi échangé sur l’antiféminisme montant en Montérégie qui fragilise la lutte contre les violences faites aux femmes, notamment en tentant de renier les inégalités femmes-hommes.

 

Lutter contre les violences faites aux femmes, est-ce toujours pertinent en 2019 ?

Les groupes de femmes de la Montérégie évaluent que la perpétuation des violences envers les femmes représente encore aujourd’hui l’un des principaux enjeux et obstacles pour l’émancipation des femmes. Les inégalités sont toujours aussi criantes en ce qui a trait à la pauvreté des femmes et dans la violence qui s’exerce envers elles. Les déléguées

souhaitent rappeler que ces inégalités sont lourdes de conséquences : en 2018, quatre Montérégiennes ont été assassinées par leur conjoint ou leur ex-conjoint. Notons que le portrait des femmes tuées en 2019 paraît tout aussi catastrophique à ce jour. Elles tiennent à réaffirmer que les femmes sont toujours les principales victimes des violences commises en contexte conjugal selon les données du Ministère de la Santé publique. Elles représentent :

    • Près de 80% des victimes de violences en contexte conjugal.
    • 100% des victimes d’enlèvement, 97% des victimes d’agression sexuelle et de séquestration, 91% des victimes d’intimidation.
    • 88% des victimes de voie de fait grave et la majorité des victimes d’homicide survenu en contexte conjugal.
    • Les victimes féminines font aussi face à des violences de plus grande sévérité.

12 jours d’action pour réfléchir et agir!

Les membres de la TCGFM invitent donc la population à porter un ruban blanc du 25 novembre au 6 décembre et de poursuivre la lutte contre les violences faites aux femmes.

Rappelons que la Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie est un regroupement d’organismes à but non lucratif, fondé en 1988, qui a pour principale mission la défense des droits des conditions de vie des femmes de notre région sur les plans économique, politique et social. Pour plus d’informations ou pour devenir membre, n’hésitez pas à communiquer avec nous et à nous suivre sur Facebook.

Crédit illustration : Chloloula, Bédé et illustration dans le cadre du campagne 30e de la TCGFM

1 réponse
  1. 1011
    1011 dit :

    En lien avec votre article, plasticienne engagée, j’ai réalisé une installation dans un centre d’art sur le violences faites aux femmes. Intitulée « Loi n°2010-769 », elle rend tristement hommage aux 130 femmes décédées en 2018 en France et à toutes les autres décédées dans le monde, victimes de leur partenaire ou ex-partenaire. A découvrir : https://1011-art.blogspot.com/p/loi-n2010-769_2.html

    Et aussi « This is not consent » sur la culture du viol : https://1011-art.blogspot.com/p/thisisnotconsent.html
    Ces séries ont été présentées à des lycéens, quand l’art contemporain ouvre le débat.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *